Boutonnières horizontales et verticales

5 choses à savoir pour coudre des boutonnières

Chez Rose des vents, on aime les boutonnières : c’est chic, et le choix des boutons est une merveilleuse façon de personnaliser ses vêtements. On en trouve sur presque tous les patrons : la blouse Lombarde, la jupe Galerne, la tunique Borée, la veste Balaguère, etc… Mais les boutonnières sont souvent la bête noire des couturièr.e.s…. Dans quel sens dois-je la coudre ? De quel côté du vêtement ? Et si elle est raté ? Bref, on a peur !!!! Alors voici 5 secrets pour vous permettre d’être plus serein.e lors de leur réalisation !

1- Le sens de la boutonnière

La boutonnière peut être horizontale ou verticale. Cela dépend de sa fonction :

La boutonnière horizontale est appelée « boutonnière de tension ».

On l’utilise aux endroits qui tirent beaucoup. C’est le cas en haut d’un pantalon, ou encore en haut d’une chemise (mais seulement le premier bouton), en bas d’un poignet, etc…

On l’utilise également pour les tissus épais, par exemple pour les manteaux.

Comme cet endroit est tendu, le bouton viendra se positionner à l’extrémité de la boutonnière (et pas au centre), proche du bord du vêtement. C’est donc l’extrémité de la boutonnière (et non le centre) qui devra être placé au milieu de la croisure (exemple : l’extrémité de la boutonnière en haut d’un pantalon est sur la ligne de milieu devant).

Boutonnières horizontales et verticales

La boutonnière verticale est appelée « boutonnière de maintien »

Elles sont utilisées pour maintenir un vêtement fermé, mais sont moins sollicitées que les précédentes. On les réserve aux tissus plutôt fins. On les trouve par exemple sur le devant des chemises.

Contrairement à la boutonnière horizontale, le bouton se place cette fois au milieu de la boutonnière. La boutonnière est cousue au centre de la croisure.

2- Boutonnière côté gauche ou côté droit ?

La tradition remonte au Moyen-âge :

Les chevaliers (droitiers pour la plupart, comme la majorité de la population) portaient leur épée à gauche pour mieux la dégainer. Au moment de l’extraire de son fourreau, ils risquaient de coincer le manche de l’épée sous la patte de boutonnage ! Aucun risque si les boutons sont à droite…

Pour les femmes, l’habitude des boutons à gauche remonterait à la Renaissance. Les femmes de chambre (le plus souvent droitières elles aussi), qui se plaçaient en face de leur Dame, pouvaient ainsi les vêtir plus facilement.

Boutons à gauche sur robe fillette

©Amy Humphries – Unsplash

Si on résume : boutonnières côté gauche chez les hommes et côté droit chez les femmes !

3- Astuces pour ouvrir une boutonnière

Lorsqu’on ouvre une boutonnière, le risque, c’est d’aller trop loin….. Pour éviter l’accident, je place une épingle en travers à l’extrémité de la boutonnière. J’ouvre ensuite doucement avec le découd-vite, et l’épingle empêche de dépasser l’extrémité de la boutonnière !

Epingle placée à l'extrémité de la boutonnière

L’autre astuce consiste à investir dans un petit outil très pratique : un ouvre-boutonnière ! Si comme moi tu es fan de boutonnières, c’est un investissement très vite rentabilisé au regard du temps gagné et de la netteté du résultat ! Pour parfaire encore le résultat, notamment sur des tissus qui ont tendance à s’effilocher comme le tweed, on peut utiliser de la colle anti-effilochage.

Ouvre-boutonnière et son tapis

4- Boutonnière cordée

La plupart des pieds presseurs pour boutonnière permettent d’insérer un fil cordonnet dans la boutonnière. Ce cordonnet a 2 fonctions. Il rend la boutonnière plus résistante. Mais il permet également de donner du volume et évite que la boutonnière disparaisse dans un tissu épais ou velu. En pratique, on installe le cordonnet dans le pied presseur, et la machine pique par dessus.

 

5- Faire faire ses boutonnières

Dans l’industrie, il y a une machine pour chaque fonction. Les boutonnières sont donc faites avec une machine qui ne fait que ça. A la maison, il faut tout faire avec notre machine à coudre familiale, et parfois, ça coince… C’est le cas notamment lorsque l’on coud un manteau : les épaisseurs ne sont pas toujours compatibles avec nos machines à coudre. Assembler, passe encore mais lorsqu’arrivent les boutonnières, on atteint les limites de nos machines. Sachez que vous pouvez trouver des boutiques de retouches équipées d’une machine à boutonnières. Pour quelques euros, vous ressortirez avec de magnifiques boutonnières !

Jupe Galerne avec boutons et boutonnières

 

J’espère que cet article vous a plu ! N’hésitez plus : lancez-vous dans la réalisation de vos boutonnières !

6 réflexions sur « 5 choses à savoir pour coudre des boutonnières »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *